Selon une étude franco-danoise récente, la prise à fortes doses d’ibuprofène chez de jeunes hommes entraine un déséquilibre hormonal qui peut être à l’origine de troubles de la reproduction. Cette situation résulte des effets négatifs de l’ibuprofène sur la production de testostérone et de deux autres hormones testiculaires. D’après Christèle Desdoits-Lethimonier, ingénieure de recherche de l’université de Rennes 1, les populations d’hommes qui prennent de façon continue de l’ibuprofène, comme les sportifs de haut niveau, sont susceptibles d’altérer leur condition physique, d’hypothéquer leur santé reproductive et psychologique. 

« Le but n’est pas d’alarmer la population. Il est de dire que des hommes jeunes, qui prennent beaucoup d’ibuprofène sur de longues périodes, méritent de savoir que cela provoque des déséquilibres hormonaux », a expliqué à l’AFP Bernard Jégou, directeur de recherches à l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM1).

Bernard Jégou est lauréat du programme IFD Science 2014, programme de soutien à la coopération scientifique franco-danoise financé par l’Institut Français du Danemark.

Renseignez-vous sur le programme IDF Science !

 

Pour en savoir plus :

David Møbjerg Kristensen2,3, Christèle Desdoits-Lethimonieret al. (2018), Ibuprofen alters human testicular physiology to produce a state of compensated hypogonadism, Proceedings of the National Academy of Sciences.

Sources annexes :

« Attention à la prise soutenue d’ibuprofène chez l’homme », Inserm, 8 Janvier 2018

« Populær medicin kan forstyrre unge mænds hormoner », Danmarks Radio, 9 Janvier 2018


[1] L’INSERM est un établissement public à caractère scientifique et technologique, dédié à la recherche biologique, médicale et à la santé humaine. Il s’agit de la 1ère institution académique de recherche en Europe dans le domaine biomédical et du 9ème organisme public le plus innovant au monde (classement Thomson-Reuters 2016).

[2] Danish Headache Center, Department of Neurology, Rigshospitalet, University of Copenhagen

[3] Université de Rennes I, Institut national de la santé et de la recherche médicale, École des hautes études en santé publique, Institut de recherche en santé, environnement et travail