Le 21 juin 2012 à 18h00 au Palais Thott 

Trio Concordia

  • Emmanuel Resche, violon
  • Patrizio Germone, violon
  • Claire Lamquet, violoncelle

Programme :

Pierre Crémont (1784-1846)

Trios à cordes Opus 13

Trio I en Fa Majeur

Allegro Moderato – Andantino poco allegretto

Trio II en Ré Majeur

Allegro – Andantino – Allegro Vivace

Trio III en Sol Majeur

Allegro moderato – Andantino Grazioso – Allegro Vivace

Entrée gratuite, inscription obligatoire: cultures@institutfrancais.dk

Trio Concordia

 

Le Trio Concordia est né autour d’un projet, celui de promouvoir des compositeurs inconnus ou

méconnus du XVIIIe et XIXe siècle dans le répertoire peu exploré du trio à cordes à deux violons et basse. Les musiciens du trio sont spécialisés dans l’interprétation sur instruments historiques. Ils ont étudié auprès des meilleurs spécialistes du répertoire ancien sur instruments d’époques aux Conservatoire Supérieurs de Paris, de Barcelone, de Palerme, et exercent leur activité de concertiste au sein de nombreux ensembles en Europe. Ils utilisent des instruments conformes à ceux qui étaient en usage à l’époque de la création des oeuvres interprétées: cordes en boyaux, archets en copie d’époque, tenue et montages anciens des instruments, pour approcher au mieux l’idéal des compositeurs. Leur recherche actuelle concerne principalement l’interprétation historique de la musique de chambre au tout début du romantisme, dans les années 1810 à 1840.

Riches d’une solide expérience commune de musique de chambre au sein d’ensembles comme

Antonio Il Verso (Palermo, Italie), Hemiolia (France), Academia Montis Regalis (Mondovi, Italie), La Felice Concordia (France), de nombreux concerts dans cette formation (programmes Pleyel, Gossec, Jadin…) et d’un enregistrement autour des compositeurs Marie-Alexandre Guénin et François-Joseph Gossec avec l’Ensemble Hemiolia, les trois musiciens s’intéressent désormais au compositeur Pierre Crémont (1784-1846). Leur enregistrement en première mondiale des Trios Opus 13 de Crémont sortira en décembre 2012 chez le Label Eurydice et sera distribué par Codaex.

Pierre Crémont 

Pierre Crémont naît en 1784 à Aurillac. Il intègre le Conservatoire de

Paris en 1800. Son talent exceptionnel allié à son jeune âge lui permettent de se produire à la tête de différents orchestres, notamment en Allemagne. Au cours de l’une de ses tournées, il est remarqué par le Tsar Alexandre Ier et obtient la charge de maître de chapelle à la cour impériale de Saint-Petersbourg. Il est ensuite nommé directeur du Théâtre Français de Moscou. Fuyant les destructions napoléoniennes en 1812, il fait un passage remarqué en Scandinavie et à Copenhague, où il donne des concerts à guichet fermé et fait publier plusieurs de ses opus. Il est élu comme membre de l’Académie Royale de Musique de Suède. Il revient en France en 1815, et se fait d’abord connaître du public comme violoniste virtuose. C’est à cette époque qu’il intègre les cercles maçonniques. Puis il devient une figure incontournable de la vie musicale parisienne des années 1820 en tant que chef d’orchestre: il est tour à tour premier chef d’orchestre à l’Opéra Comique, à l’Odéon et au Grand Théâtre de Lyon. A ce titre, il est chargé de la création française de nombreux opéras et collabore ainsi avec Rossini, Meyerbeer, ou Weber. Le monde musical salue ses grandes qualités de chef et de compositeur et les critiques de l’époque sont unanimes sur son talent. Il finit ses jours à Tours. Malgré sa carrière internationale, son œuvre et sa vie sont méconnues.

Il publie une quinzaine d’opus, principalement de la musique de chambre: , plusieurs opus de

trios et duos à cordes, un concerto pour violon et un autre pour clarinette, un quatuor, deux concertos pour basson… Il écrit également une dizaine d’opéras, dont deux seulement ont été retrouvés, et de la musique sacrée (une messe et un oratorio), manifestement perdue.

Travail de recherche

Emmanuel Resche a entrepris des recherches biographiques sur ce compositeur depuis 2010 dans de nombreuses bibliothèques et archives européennes : BNF, Bibliothèque Royale du Danemark, Bibliothèque Royale de Stockholm, Bibliothèque du Conservatoire Royal de Bruxelles, Archives Nationales, Archives de l’Opéra de Paris, archives départementales de l’Allier et du Cantal, archives municipales de Moulins et de Lyon, … Il a ainsi exhumé quelques partitions de Pierre Crémont manuscrites et éditées, dont certaines semblaient oubliées. Ce travail aboutira à l’édition d’d’une biographie et un catalogue mis à jour des œuvres de Pierre Crémont.