Le lundi 7 mai à 20H, l’écrivain algérien Kamel Daoud interviendra à la Bibliothèque Royale

 

  • Interview en français – traduction consécutive en danois

Né en 1970 à Mesra, en Algérie, Kamel Daoud est l’une des grandes voix de la littérature maghrébine. Journaliste au Quotidien d’Oran (où il a occupé pendant 8 ans la position de rédacteur en chef), il commence sa carrière littéraire en 2011 avec le recueil de nouvelles Minotaure 504, sélectionné la même année pour le Prix Goncourt de la nouvelle. En 2013, il publie son premier roman, Meursault, contre-enquête, qui le propulse sur le devant de la scène littéraire internationale. 

Récompensé par le Prix Goncourt du premier roman et salué unanimement par la presse internationale, ce roman qui propose en quelque sorte une suite à L’Étranger d’Albert Camus met en scène un homme qui soliloque dans un bar, nuit après nuit, et s’avère être le frère du fameux « Arabe » tué par le Meursault de Camus. Cet Arabe qui, tout au long du roman de Camus n’aura d’aute identité que le qualificatif d’arabe, et à qui Kamel Daoud donne enfin un nom (Moussa) dans son livre, et de fait une existence.
Mais à travers ce mystérieux narrateur, Kamel Daoud évoque également les désillusions nées de l’Indépendance algérienne et dénonce la montée de l’islam politique.

Auteur à succès, Kamel Daoud est également un journaliste engagé qui ne cède pas à l’auto-censure. Ses prises de position sont nombreuses et souvent largement débattues, comme son article dans le journal Le Monde, suite aux agressions sexuelles survenues pendant la nuit de la St-Sylvestre à Cologne en 2016.

Meursault, contre-enquête est publié en danois aux éditions Turbine

Réservez votre billet dès maintenant en cliquant ICI !