Jeudi 11 décembre à 20H, l’économiste français Thomas Piketty participera à International forfatterscene, le programme d’invitations d’auteurs étrangers de la Bibliothèque Royale, où il répondra aux questions du journaliste Rune Lykkeberg.

Né en 1971 à Clichy dans la banlieue parisienne, Thomas Piketty intègre l’École normale supérieure de la rue d’Ulm à 18 ans et soutient à 22 ans sa thèse de doctorat en sciences économiques, préparée à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et à la London School of Economics. Intitulée « Essais sur la théorie de la redistribution des richesses », celle-ci obtiendra le prix de la meilleure thèse de l’année 1993, décerné par l’Association française de sciences économiques, et deviendra par le suite le sujet central de recherche du jeune économiste.
Sa thèse achevée, il part enseigner de 1993 à 1995 au MIT puis revient en France pour devenir chargé de recherche au CNRS puis directeur d’études à l’EHESS à partir de 2000. Il publie l’année suivante une étude historique détaillée, Les hauts revenus en France au XXe siècle. Inégalités et redistributions 1901-1998.
En 2012, le magazine anglo-saxon Foreign Policy le sélectionne parmi les cent intellectuels les plus influents.
En 2014, la parution américaine du Capital au XXIe siècle suscite un important débat public aux États-Unis et en Europe. Pour le prix nobel d’économie Paul Krugman, l’ouvrage est « le plus important de l’année — et peut-être de la décennie […]. Piketty a transformé notre discours économique. Nous ne parlerons plus jamais de richesse et d’inégalité de la même manière ». Suite à cette réception significative, l’ouvrage accède au statut de best-seller.

Publié sous peu en danois aux éditions Gyldendal, ce livre qui fera date dans l’histoire des sciences économiques sera au centre de la discussion qu’auront l’économiste français et le journaliste danois le 11 décembre prochain au diamant noir.

Toutes les places sont vendues mais l’intégralité du débat sera retransmise sous forme de vidéo dés le lendemain sur le site de l’IFD.